Présentation

En France, les consommations d’alcool sont, relativement aux pays anglo-saxons ou nordiques, peu investiguées par les sciences sociales. Et cela, alors même que ces problématiques ont largement pris place dans l’agenda politique et médiatique. Les modes de consommation ou modalités d’usage, tout comme les manières de les définir, introduisent en même temps que de nouvelles terminologies, un ensemble de constructions sociales, voire de représentations souvent négatives. De plus, ce que les anglo-saxons nomment night-time economy, ensemble d’activités associées aux espaces nocturnes et festifs (restaurants, bars, discothèques, etc.) suscitant à la fois intérêts (économie, régénération urbaine) et inquiétudes (santé publique, « ordre social »), encourage un imaginaire marqué par la transgression et la place nouvelle des femmes dans les espaces de la nuit. Ces changements touchent la manière dont le politique (santé, ville, jeunesses, etc.) s’empare de ces questions, y répond par les modalités de la régulation sociale ou par celles de la prise en charge et de l’accompagnement. Cet aspect pose d’autant plus de questions que des liens, très étroits, existent entre cette économie liée à l’alcool, sa distribution et les partenariats ou parrainages financiers associés aux évènements culturels (sportifs, artistiques, etc.).
Cet ensemble de changements, continuités et ruptures, invite à croiser les échelles d’analyse et les regards disciplinaires afin de rendre compte de la manière dont ces différents niveaux s’inscrivent dans les contextes particuliers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.