Projet Sport et Alcool

La construction d’un rapport propre à l’alcool chez les sportifs dans deux pratiques. Mise en place d’une recherche interventionnelle

Présentation du projet

Présentation de l’équipe de recherche

Le séminaire de recherche

Le questionnaire : sport et alcool

Résumé : Malgré de nombreux paradoxes, la revue de littérature sur le rapport des sportifs à l’alcool révèle leur usage souvent « excessif », alors même que le sport est présenté comme un « remède ». Ces consommations doivent toutefois être distinguées selon le type de pratiques, le sexe, ou bien encore le niveau. Elles doivent également être rapprochées des données épidémiologiques plus générales. Le caractère genré de la consommation a ainsi largement été mis en évidence, malgré des évolutions notables, tout comme la distinction selon les âges de la vie. Cette revue de littérature découvre en outre plusieurs angles morts : faible proportion des travaux qualitatifs ; faible questionnement des trajectoires ; focalisation sur les « jeunes » ; faible prise en compte des rapports sociaux de sexe, en particulier dans le sport pourtant présenté comme une pratique socialement construite comme masculine.

L’originalité de ce projet réside dans l’articulation des recherches sociologiques (4 sociologues) aux actions de prévention de l’ANPAA, dans la perspective d’une recherche interventionnelle mêlant chercheurs et professionnels de terrain, autour de deux pratiques, le rugby et le tennis. Cette « recherche interventionnelle » vise la mise en synergie de ces expertises. La promotion de la santé a progressé grâce à la réflexivité de ses acteurs, mais l’apport des chercheurs en sciences humaines et sociales a permis aussi de questionner, d’adapter, de modifier les pratiques des professionnels, leurs méthodes pédagogiques, leurs représentations de la santé des populations. Il existe donc une « porosité » historique entre les recherches et la promotion de la santé. Cependant, il n’est pas question ici d’un « transfert de connaissances », « de savoir » ou « de compétences », mais bien d’une mise en mouvement commune – de réflexion,  de  théorisation,  de  modélisation, etc.,  au  regard  de  l’intervention. Le développement de ce type de recherche exige que toutes les parties prenantes unissent leurs forces dans une collaboration étroite entre chercheurs et acteurs de terrain.