Le projet : sport & alcool

I – contexte épidémiologique et social des consommations d’alcool

La consommation d’alcool a chuté en France ces cinquante dernières années, mais se discrimine largement selon le niveau de diplôme, l’âge ou bien encore le sexe[1]. Outre des modes de consommation différents, l’homme apparaît plus consommateur quelque soit l’âge, même si la consommation des deux sexes augmente au fil de la vie[2]. Les pratiques de consommation comme les représentations se distinguent selon un faisceau de facteurs complexes. Nahoum-Grappe[3] fait ainsi référence à une culture du boire jeune, caractérisée par la recherche d’ivresse et la ponctualité, qui s’opposerait à celle de générations plus avancées, dont la consommation, plus quotidienne, est davantage associée aux plaisirs gustatifs ; au contraire des plus jeunes qui utiliseraient l’alcool à la manière d’une substance psychoactive[4].

Les jeunes sont d’ailleurs largement appréhendés comme une population à risque, comme en atteste les campagnes de santé publique, mais également le nombre de publications scientifiques s’y rapportant[5]. Leur usage se caractérise par une faible consommation quotidienne (2,5 % de cette population) mais des taux de consommation ponctuelle importante (CPI) et des épisodes d’ivresse dans l’année plus conséquents (respectivement 25,5 % et 38,6 % des 15-30 ans)[6]. Et cette tendance s’accentue ces dernières années puisqu’en 2010, un tiers des 15-19 ans ont ainsi rapporté avoir connu au moins une ivresse au cours des douze derniers mois, contre un quart en 2005[7]. La catégorie des 20-25 ans concentre les épisodes d’ivresse les plus nombreux, 57,5 % des garçons et 33,5 % des filles en déclarant au moins une dans l’année – ce qui est encore plus prononcé chez les étudiants, et chez les 26-30 ans pour les CPI[8]. Sur l’ensemble des indicateurs de consommations excessives (CPI et ivresses), les étudiants sont de loin les plus concernés et ceux pour qui l’augmentation est la plus franche : en 2010, 42,3 % des étudiants ont une consommation à risque ponctuel, alors qu’ils étaient 35,8 % en 2005[9]. Ces tendances confirment celles observées en 2005, et semblent même accentuées chez les étudiantes[10]. En outre, ces consommations d’alcool, qui sont intimement liées à la notion de fête dans cette population, disposent d’une place centrale dans l’échelle des loisirs, et se trouvent même en première position pour 33% des 15-24[11].

D’autre part, de nombreuses enquêtes mettent en évidence le caractère genré des pratiques d’alcoolisation, qualitativement comme quantitativement[12]. Les représentations et les valeurs attachées à l’alcool renvoient pour partie aux symboles de la masculinité, en particulier pour les consommations les plus importantes. Dans certains groupes, les profits associés au boire – et au boire beaucoup – peuvent ainsi être conséquents[13], même si cette association tend à s’éroder. Le risque de stigmatisation est en outre plus important pour les femmes[14], attestant d’un seuil de vulnérabilité genrée auquel les hommes échapperaient pour partie. Ces conclusions se nuancent toutefois ces dernières années, et plus exactement se complexifient. L’augmentation de la consommation des femmes est constatée, et en particulier chez les 18/29 ans, qui acceptent davantage l’idée de l’ivresse[15]. Si une plus grande tolérance à l’égard de l’alcoolisation des femmes émerge, soulevant l’hypothèse émancipatrice et en particulier dans les catégories les plus favorisées[16], ces tendances doivent être questionnées selon les contextes et les groupes sociaux[17]. L’ivresse chez les femmes semble davantage négociée en lien avec des attentes socialement construites comme féminines[18]. Les temps de suspension autorisés des normes où la déviance est marquée par la non consommation[19] côtoient en effet des espaces de restriction coercitifs, exigeant des enquêtes situées, et attestant de l’intérêt d’analyses ethnographiques[20]. Les contextes, les conduites ou les significations qui peuvent leur être attachés restent en effet pour partie des angles morts dans la littérature[21]. Plus avant, l’économie de la nuit qui tendait à les exclure par le passé leur fait désormais la part belle[22].

Dans le concert des nations, la France est fréquemment présentée par le biais d’une culture propre de l’alcool, associé à un produit culturel valorisant un certain sens du (bon) goût. L’OMS (2000) constate à ce titre une particularité : notre pays reste l’un des rares où la consommation globale ne diminue pas[23]. Les comparaisons européennes, facilitées par les enquêtes ESPAD, montrent une persistance des différences nationales malgré une tendance à l’érosion. Comme le précisent Beck, Legleye et Peretti (2006), « l’appartenance à la jeunesse semblerait prendre progressivement le pas sur l’appartenance nationale ». Les CPI, fréquents au Nord de l’Europe, tendraient à se répandre[24]. Selon l’étude ESPAD[25], près du quart des français étudiants de 17 à 18 ans s’était adonné à ce type de consommations trois fois ou plus au cours des 30 derniers jours contre 28% pour les suédois (voir également enquête IREB, 2001). Dans cette perspective internationale, il est également à noter l’expertise scientifique – au moins dans le domaine des sciences humaines et sociales – existant dans le monde anglo-saxon et scandinave, qui fourmille de travaux, et qui sert ici d’appui à ce projet[26].

Si le monde de la recherche française s’est saisi de ces problématiques de santé publique, il n’en reste pas moins que de nombreux angles morts persistent, ces travaux se développant principalement dans certaines disciplines (l’épidémiologie souvent à la pointe des questions de santé publique) et avec certains outils[27] (quantitativistes essentiellement) mettant en évidence un retard avéré. Les statistiques rendent ainsi difficilement compte des représentations ou des pratiques, dans leur diversité, dans leur irrégularité[28]. Les approches longitudinales, ou au moins s’intéressant aux trajectoires, restent elles aussi pour partie méconnues. D’autre part, en se focalisant  sur la consommation des jeunes – parfois présentés sous les augures d’une classe dangereuse[29] – de nombreuses recherches écartent des pans entiers de la population, et en particulier les individus en milieu de vie, qui pourtant révèlent des consommations morbides[30].

Des axes d’analyse se dégagent ainsi de la littérature. La focale sur la jeunesse et ses nouveaux comportements[31], s’ils doivent être pris en compte, ne doivent pas occulter le reste de la population, et en particulier l’évolution et les moments clés chez chaque individu, qui peuvent alors révéler des moments de vulnérabilité. La perspective en termes de trajectoire apparaît alors centrale. Le genre doit également être pris en compte.

Quoi qu’il en soit, ces études attestent de la complexification et de la diversification des consommations d’alcool. Concernant le genre par exemple, les processus en cours ne peuvent se réduire aux seuls jeux de la « domination masculine », mais révèlent bien d’autres mécanismes, qu’ils soient de résistance ou d’ajustement voire parfois d’« émancipation ». A ce titre, le monde sportif, de par sa culture masculine hégémonique[32] nous montre que cette question suscite de nombreuses interrogations vis-à-vis des modalités de consommations d’alcool chez les sportifs et sportives[33]. Comment les sportifs y sont-ils exposés ? Sont-ils vulnérables ou bien, au contraire, font-ils preuve d’une certaine forme de résistance face aux dangers de l’alcool ?

 

 

II- Le sport dans ce contexte épidémiologique

Quel que soit le niveau d’analyse choisi, le sport constitue un prisme intéressant pour saisir les manières dont se construisent (ou se déconstruisent) les identités face à l’alcool, mais également ses représentations et ses usages. Étudier ces derniers dans le milieu sportif est ainsi particulièrement intéressant dans la mesure où un certain nombre de thèmes émerge de manière très claire[34] : l’économie commerciale, les pratiques sociales et les identités culturelles, la criminalité et la violence, ou bien encore les comportements de santé. Le sport est à la fois présenté comme un contexte et un « remède » » pour ce dernier aspect. Ainsi, les actions de sensibilisation et de prévention se multiplient au niveau des fédérations sportives en partenariat avec les institutions et les associations en charge de ces problématiques. Pour ces raisons, nous proposons d’orienter prioritairement le projet dans ces directions, en choisissant  d’investiguer ces différentes dimensions sur le modèle de la Science Ouverte, notamment pour formuler des propositions innovantes en matière d’accompagnement ou de prises en charge adaptées, mais aussi de formations et d’actions de sensibilisation.

 

  • Cultures juvéniles et sociabilités sportives : des générations vulnérables ?

Le sport comme l’alcool sont vus socialement comme un plaisir partagé et sont donc souvent associés, l’alcool célébrant le sport[35]. La consommation supposément excessive des sportifs, mais aussi des supporters, semble d’ailleurs socialement tolérée notamment après une performance ou une victoire[36]. Dans ce contexte sportif, l’alcool est devenu aujourd’hui partie intégrante des relations sociales de par son rôle central dans la construction des identités individuelles et collectives[37]. Mais, paradoxalement, le résultat n’est pas nécessairement un facteur prédictif de cette consommation, une étude réalisée dans le monde du rugby n’ayant pas montré de différences d’alcoolisation en fonction de l’issue du match[38] (gagné, nul ou perdu). Parallèlement, et de manière parfois opaque, l’économie de l’alcool rencontre celle du sport, ce dernier, de par son extrême médiatisation, devenant un support publicitaire pour le premier[39].

D’autre part, certaines pratiques sont davantage associées à des alcoolisations poussées et à des débordements, parfois présentés comme les traits endémiques d’une culture sportive. Certains travaux, parfois datés, tendent ainsi à assimiler « valeurs » de la pratique et consommation d’alcool, négligeant certains paramètres sociaux[40]. Ainsi en est-il du rugby et de ses 3ème mi-temps, présentées comme un moment convivial après le match où joueurs, supporters et dirigeants se réunissent pour échanger autour d’un verre[41]. Inversement, le judo, sport individuel mais qui se pratique en équipe, revendiquant également des valeurs fortes, n’est pas socialement associé à ces conduites d’alcoolisation, ce qui questionne le rôle de ces représentations sur la réalité des usages[42]. Des discours prônant des logiques de décompression[43] peuvent ainsi être énoncés, associant par exemple la bière, alcool le plus consommé par les sportifs, à la récupération[44]. L’alcool a d’ailleurs été un temps utilisé comme un produit « stimulant » accepté et autorisé. Il est désormais interdit dans les pratiques où ses effets sur la détente psychique et la diminution des tremblements peuvent être recherchées : aéronautique, automobile, karaté, motocyclisme, motonautique, pentathlon moderne pour les épreuves comprenant du tir, quilles, tir à l’arc.

L’intérêt de questionner simultanément le sport et l’alcool se révèle également sous l’angle des rapports sociaux de sexe. Les recherches sont en effet nombreuses à présenter le sport moderne sous l’angle d’une pratique socialement construite comme masculine, et particulièrement certains d’entre eux, imprégnant et structurant les rapports de genre. Croiser consommation d’alcool, genre et pratiques sportives est d’autant plus saillant que, dans le contexte plus général de la jeunesse, une convergence relative des manières de faire la fête apparaît[45]. Exclues des espaces de consommations par le passé,  l’économie de la nuit s’ouvre aux femmes[46], tout comme certaines fédérations sportives, générant une modification des configurations sociales[47] et donc une modification de ces espaces de domination selon les dispositions de ces sportives, mais également selon le contexte local et institutionnel de la pratique considérée. Mais qu’il s’agisse de sport ou de consommation d’alcool, l’arrivée de femmes dans ces espaces historiquement masculins soulèvent un vent de panique tout en interrogeant les frontières du genre[48]. A ce titre, il est intéressant de noter que certaines recherches entretiennent ces craintes, en focalisant notamment sur le risque pour les femmes sous l’emprise de l’alcool d’être des victimes sexuelles[49], d’avoir des rapports non protégés ou qu’elles regretteront[50]. Comment le sport reconfigure-t-il cela ? Comment les actions de prévention s’emparent-elle de cette distinction?

Le monde sportif tel qu’il s’organise en France, c’est-à-dire autour du club ou de l’association sportive, permet de questionner la consommation de produits psychoactifs en son sein, voire de poser l’hypothèse que cette structuration et les sociabilités qui en découlent favorisent ces usages, et en particulier chez les plus jeunes, offrant là un terrain d’étude privilégié. Les sociabilités entre pairs y sont en effet particulièrement fortes, générant des occasions de rencontres multiples (entraînements, déplacements plusieurs jours durant sur des compétitions, club-house, etc.). L’alcool est d’ailleurs considéré par de nombreux auteurs comme « une pratique structurante de la sociabilité »[51]. Les sports collectifs, et en particulier ceux valorisant les normes viriles (rugby ou football), semblent ainsi favoriser l’alcoolisation[52]. La pratique d’un sport chez les plus jeunes, et plus encore d’un sport collectif, pourrait alors être un facteur incitant à la consommation : les jeunes sportifs  sont détachés du contrôle parental et multiplient les activités hors du domicile familial, ce qui serait propice aux actes déviants[53]. Pour autant, ces mécanismes méritent d’être questionnés et identifiés, certains travaux tendant à nuancer ce propos[54]. La consommation d’alcool y apparaît influencée par de multiples facteurs, pouvant inclure ou non l’activité sportive[55].

 

En ce sens, il est possible de formuler l’hypothèse selon laquelle l’association jeunesse et sport constitue une forme de vulnérabilité sanitaire, invitant à rendre compte, de manière synchronique et diachronique, de ces consommations. Réfléchir en termes de trajectoires de sportifs et de consommateurs invite à questionner les mécanismes complexes des usages et de leurs modes de régulation, afin d’identifier les moments clés. Cette approche permet également de questionner la manière dont ces consommations influent avec l’avancée en âge.

 

  • Le concept de vulnérabilité pour questionner les rapports alcool-sport

Evoquer la  vulnérabilité pour étudier ces consommations d’alcool dans le monde sportif peut apparaître comme une fausse évidence tant le concept, ces dernières années, a pu être utilisé. Il n’en est pas moins pertinent et parfaitement cohérent dans le cadre d’une recherche interventionnelle, coordonnant travail universitaire et action de prévention. Pour autant, lorsqu’il s’agit d’appliquer ce concept aux activités physiques et sportives[56], qui sont-elles mêmes ambivalentes, il n’est pas toujours aisé de naviguer entre un versant négatif ou au contraire positif de son utilisation. Sous cet angle, le concept de vulnérabilité que nous proposons de questionner à partir des individus et des contextes sportifs, interroge précisément le rôle des pratiques sportives dans le renforcement ou, au contraire, la réduction de la vulnérabilité et des atteintes à la santé associées aux populations, et entre autres lorsqu’elles sont dominées dans l’ordre du genre.

Appuyant leur analyse sur une très large revue de littérature, les chercheurs François Delor et Michel Hubert estiment que trois niveaux de lecture d’une situation de vulnérabilité sont nécessaires, soit les dimensions personnelles, situationnelles et contextuelles[57]. La notion de vulnérabilité renvoie en effet d’abord, fondamentalement, à la fragilité de l’existence humaine. Elle qualifie une « personne très sensible, qui donne prise aux attaques morales, aux agressions extérieures et qui les ressent douloureusement ». Cet état de fragilité des personnes peut être constitutif, c’est-à-dire propre à leur état (légalement on parle de vulnérabilité particulière en raison de maladie, d’une infirmité ou d’une déficience physique ou mentale). Mais il peut aussi être situationnel, c’est-à-dire propre aux circonstances et environnements dans lesquels se trouve l’individu. Ainsi, un adulte bien portant et valide peut être vulnérable dans une situation où le rapport de force ou les pressions sociales ou physiques exercées sur sa personne lui sont défavorables et le placent dans une situation où il peut être blessé ou amené à agir différemment que dans le cadre de situations ordinaires. Les personnes vulnérables sont celles qui sont menacées, de façon ponctuelle ou régulière, dans leur autonomie, leur dignité ou leur intégrité physique ou psychique. Les catégories de personnes présentées comme vulnérables varient enfin suivant les contextes. Dès lors, nous considérons ici la vulnérabilité comme un état particulier de sensibilité et de fragilité à la fois subjectif et objectif, face à un risque potentiel ou réel, et construit par la rencontre de facteurs individuels (par prédisposition ou apprentissage), groupaux (liés par exemple à l’ordre du genre), situationnels (associés par exemple à l’institution sportive) et conjoncturels (relatifs à un moment singulier).

L’analyse des processus socio-historiques de construction des rapports sociaux de sexe[58] a en effet mis en évidence que, dans un contexte donné, des modèles hégémoniques de masculinité et de féminité sont définis, mais que coexistent aussi des masculinités et des féminités différentes, situées à une plus ou moins grande distance des normes les plus légitimes[59]..

Au-delà des vulnérabilités liées au genre, nous proposons de porter une attention plus générale aux moments et aux différents espaces-temps vécus par les sportifs au cours de leur trajectoire dans le cadre de leurs pratiques sportives. L’objectif étant de caractériser, par l’analyse qualitative, des situations et des contextes où l’expérience alcoolique chez ces sportifs participe à la construction de leurs trajectoires, notamment juvéniles[60]. Faire le lien entre la vulnérabilité et la jeunesse invite à s’intéresser prioritairement aux enjeux de constructions sociales inhérents aux conduites d’alcoolisation. Devenir jeune majeur mobilise d’autres enjeux autour de la construction de l’autonomie personnelle. Les conduites d’alcoolisation comportent de ce fait des significations différentes et n’appelleront donc pas les mêmes questions. La consommation d’alcool chez les jeunes peut traduire un besoin de réassurance identitaire et d’intégration par l’appartenance au groupe des pairs notamment à travers les jeux de boissons. Parler de vulnérabilité pour la jeunesse reviendrait alors à considérer que les jeunes seraient plus exposés que les autres groupes sociaux à des situations vulnérables. Ils se construiraient en tant qu’individus et s’intègreraient dans la société par leurs vécus et parcours, et seraient le résultat entre d’un côté, leurs ressources sociales et de l’autre, leur capacité à s’adapter aux « normes » sociales à l’œuvre dans le monde sportif et dans les groupes de pairs et par extension, à accepter individuellement les conséquences de leurs choix.

L’objectif de notre étude entend questionner cette situation pour tenter de repérer comment s’incarnent ces contextes vulnérabilisant dans l’expérience juvénile et sportive en s’intéressant aux caractéristiques propres à cet âge de la vie, et en le comparant aux autres.

Le sport, que l’on définira ici comme un ensemble de pratiques corporelles réalisées dans un but récréatif, hygiénique ou compétitif et dans un cadre réglementaire minimum, est un analyseur particulièrement intéressant de ces vulnérabilités. Devenu en un peu plus d’un siècle un élément majeur de la culture de masse, il a en effet toujours joué un rôle privilégié à la fois dans les constructions sociales du genre et dans celles de la norme sanitaire. Le sport autorise l’analyse de la construction sociale d’états de vulnérabilité dans un cadre original mais important de la société.

 

3)  le sport et l’alcool, état des lieux et hypothèses de recherche

La littérature scientifique nous indique qu’il existe des différences de consommations en fonction de la pratique sportive et de ses modalités. Les natures collective/individuelle, masculine/féminine, ou le niveau/intensité de pratique, seraient en effet des variables explicatives à l’alcoolisation[61]. Pour autant, ces données épidémiologiques découvrent certaines contradictions, exigeant un effort de recontextualisation, mais aussi d’identification des facteurs causals et des processus à l’œuvre.

Certaines études suggèrent un effet protecteur de l’activité physique[62], et plus encore pour les athlètes de haut niveau[63]. Dagnaud (2009) signale d’ailleurs que les jeunes adultes qu’elle appelle « teufeurs », caractérisés par une très importante consommation d’alcool, ne pratiquent pas (54%) ou peu (36%) de sport, ce qui les distinguent nettement de ceux qui s’alcoolisent moins. L’enquête ESPAD (1999) indique quant à elle que l’expérimentation de l’ivresse est positivement associée à la pratique régulière d’un sport. D’autres nuancent ces propos, indiquant un effet U-shaped lié au niveau[64] ou pointent les effets de genre, d’âge ou de sports[65]. D’autres études indiquent que la consommation varie selon la pratique. Une analyse[66] réalisée sur un panel de 2316 étudiants sportifs américains participant à la ligue universitaire, a montré que les hommes pratiquant le hockey sur glace pour la moitié d’entre eux, et les femmes pratiquant le football (soccer) pour un peu moins de la moitié d’entre elles, rapportent une consommation d’alcool de type binge-drinking. Une consommation d’importante quantité d’alcool peut être la norme dans des sports d’équipes tels que le football ou le rugby qui sont associés à des valeurs masculines[67] et plus largement dans les sports traditionnels de terrain (rugby, hurling, football et football gaélique). Le rugby a ainsi fait l’objet de plusieurs études, notamment dans des pays où la pratique de ce sport est très ancrée culturellement. En Australie[68], une recherche auprès de 81 joueurs amateurs, montre que 32% consomment plus de l’équivalent de 18 verres standards en une occasion plusieurs fois par semaine, soit deux fois plus que les étudiants auxquels ils étaient comparés. En Nouvelle-Zélande[69], parmi 356 joueurs de rugby âgés de 14 à 39 ans, un mésusage de l’alcool était noté pour 78% des hommes et 58% des femmes avec un score AUDIT de 11.2. En 2008, Dietze et al.[70] indiquent chez les rugbymen professionnels australiens un mésusage de l’alcool pour 59% d’entre eux avec un score AUDIT moyen de 8,77[71], soit un niveau de consommation moyen considéré comme étant largement nocif pour la santé par l’OMS. Ces consommations révèlent surtout d’importants épisodes mensuels de consommation excessive, responsable d’une morbidité à court terme plus importante que dans le reste de la population. En France, une étude réalisée en 2002[72] chez des sportifs de haut niveau rapporte une consommation d’alcool plus importante dans les sports d’équipes que dans les sports individuels, mais avec une significativité faible. L’Observatoire Régionale de la Santé en Ille De France, en 2007[73], indiquait que les adultes de 18 ans et plus pratiquant un sport en club ont davantage de conduites à risque quel que soit le sexe et notamment une consommation régulière d’alcool plus importante ; ce que confirme une étude portant sur les étudiants pratiquant un sport collectif en club à un niveau amateur[74]. Ainsi, selon Lorente et al.[75], l’activité physique serait une « cause » potentielle de consommation, qui plus est excessive, d’alcool. Cependant, il semble nécessaire de distinguer la consommation chez les sportifs amateurs et professionnels de la consommation chez les étudiants en sciences du sport[76]. Lorente, Peretti-Wattel et al.[77] indiquent que l’intensité de la consommation est une donnée intéressante, les étudiants en STAPS ayant moins d’épisodes de consommations mais davantage d’ivresse que le reste de la population. Quand bien même cet effet protecteur pourrait être supposé, il pourrait être transitoire et même s’inverser à terme, les anciens sportifs de haut niveau apparaissant en nombre important dans les centres de toxicomanie[78].

Les données de la littérature convergent donc vers un fréquent mésusage de l’alcool chez les sportifs en dépit de différences méthodologiques et de nuances parfois importantes. Des divergences existent et portent principalement sur le sexe, le type de sport, le niveau de pratique et les moments de la saison. Certains sports, culturellement associés à une importante consommation d’alcool, comme le rugby, semble en outre présenter des niveaux de consommation particulièrement importants.

[1] Beck F., Legleye S, Peretti G., (2006), L’alcool donne-t-il un genre ?, Travail, genre et sociétés, 15, p.139/160.

[2] Com-Ruelle, L., Le Guen, N. (2013) « Les jeunes et l’alcool : évolution des comportements, facteurs de risque et éléments protecteurs ». Question d’économie de la santé, n°192, novembre 2013.

[3] Nahoum-Grappe V., Vertige de l’ivresse. Alcool et lien social, Descartes et Cie, 2010

[4] Freyssinet-Dominjon J., Wagner A.C., (2003), L’alcool en fête. Manières de boire de la nouvelle jeunesse étudiante, Paris, L’harmattan.

[5] Voir par exemple la revue de littérature de Herman-Kinney N.J., Kinney D.A., 2012, Sober as Deviant : The Stigma of Sobriety and How Some College Students  »Stay Dry » on a  »Wet » Campus, Journal of Contemporary Ethnography, 42(1) 64– 103.

[6] The ESPAD Report 2003. Alcohol and Other Drug Use Among Students in 35 European Countries, Hibell B, Andersson B, Bjarnason T, Ahlström S, Balakireva O, Kokkevi A, Morgan M (2004): The Swedish Council for Information on Alcohol and Other Drugs (CAN) and the Pompidou Group at the Council of Europe. Stockholm: Sweden.

[7] Beck et al., op. cit.

[8] Beck et al., op. cit.

[9] Richard J.B., Beck F., (2013), L’alcoolisation des jeunes. Des consommations ponctuelles importantes à la hausse, Agora Débats/Jeunesses, 63 (1), pp.76-87.

[10] Legleye S., Spilka S., « Alcool, tabac et cannabis : les drogues à 17 ans », Agora débats/jeunesses, 2010/1, 54, p. 125-130.

[11] Dagnaud M., (2008), La teuf, essai sur le désordre des générations, Paris, Editions du Seuil.

[12] Le Hénaff Y., Fuchs J., (2014), « On n’est pas là pour faire le show » : la troisième mi-temps au rugby féminin, entre provocations et « regards d’hommes », Terrains et Travaux, 24, p.145-165.

[13] Castelain J.P., (1996), La quête des mots. De quelques usages de l’alcool dans la France de L’Ouest, Communications, 62, p.181-193 ; Campbell, H. (2000). The glass phallus: Pub(lic) masculinity and drinking in rural New Zealand. Rural Society, 65, 562–581 ; GAUSSOT, L., Modération et sobriété : études sur les usages sociaux de l’alcool, Paris, L’Harmattan, 2004 ; GAUSSOT, L., « Privilèges et coûts de la masculinité en matière de consommation d’alcool », Colloque « Les coûts de la masculinité », IEP Rennes, 2010.

[14] NAHOUM-GRAPPE, V., Histoire et alcool, Paris, L’Harmattan, 1999.

[15] Habgood, R., Casswell, S., Pledger, M., & Bhatta, K. (2001). Drinking in New Zealand: National surveys comparison 1995 and 2000. Auckland: Alcohol and Public Health Research Unit ; Lyons A., Willott S., 2008. Alcohol Consumption, Gender Identities and Womens Changing Social Positions, Sex Roles, 59, 694-712.

[16] Chez les femmes, les plus consommatrices d’alcool sont également les plus diplômées, Beck, Legleye, Peretti, 2006, op. cit.

[17] Pour attester de cette variabilité dans des contextes bien particuliers, voir par exemple Montemurro et McClure (2005) sur les bachelorette’s parties aux Etats-Unis ou Le Hénaff et Fuchs (2014) sur les troisième mi-temps au rugby féminin.

[18] Griffin C., Bengry-Howell A., Hackley C., Mistral W., Szmigin I., (2009), « every time I do it I absolutely annihilate myself »: loss of (self-) consciousness and loss of memory in young people’s drinking narratives, Sociology, 43, 3, p. 457-476 ; Morel T., Aubertin M.X., 2009, Chronique ordinaire d’une alcoolisation festive. Les 16-21 ans, no-nos limit(es) !, Rapport de recherche pour la DJEPVA.

[19] Herman-Kinney, Kinney, 2012, op. cit.

[20] Montemurro B., McClure B., 2005, Changing gender norms for alcohol consumption: social drinking and lowered inhibitions at bachelorette parties, Sex Roles, 52, 5/6, p.279-288.

[21] Lyons, Willott, 2008, op. cit.

[22] Measham F., 2002. “Doing gender”–“doing drugs”: conceptualizing the gendering of drugs cultures, Contemporary Drug Problems, 29 (2), 335-373.

[23] BECK, F. & LEGLEYE, S., « Évolutions récentes des pratiques d’alcoolisation en France : aperçu des données épidémiologiques ». Revue Toxibase, n°16, 2004, pp. 6-9.

[24] Dagnaud, 2008, op.cit.

[25] Björn Hibell, Ulf Guttormsson, Salme Ahlström, Olga Balakireva, Thoroddur Bjarnason, Anna Kokkevi, Ludwig Kraus, The 2011 ESPAD Report (released May 31, 2012). 390 pages.

[26] Steve Jackson et Catherine Palmer ont ainsi accepté de tenir le rôle d’expert extérieur pour ce travail de recherche, de participer au comité de pilotage et de nous faire partager lors d’un séminaire d’étude leur expertise.

[27] A quelques exceptions notables, dont les équipes constituées autour de Véronique Nahoum-Grappe, Ludovic Gaussot ou encore François Beck, et par le passé Sylvie Fainzang.

[28] Freyssinet-Dominjon, Wagner, 2003, op., cit.

[29] Szmigin I, Griffin C, Mistral W, Bengry-Howell A, Weale L, Hackley C., Re-framing ‘Binge Drinking’ as Calculated Hedonism- empirical evidence from the UK, International Journal of Drugs Policy, special issue on ‘Pleasure and Drugs’, (eds.), M. Holt and C. Treanor, (2008), 19(5), 359-366.

[30] Emslie C., Hunt K., Lyons A., 2012, Older and wiser ? Men’s and women’s accounts of drinking in early mid-life, Sociology of health and illness, 34, 4, pp. 481-496.

[31] Szmigin, 2008, op. cit.

[32] CONNELL, W.R., « The men and the boy », ALLEN & UNWIN (dir.), Place of Publication, St. Leonards, NSW, 2000 ; CONNELL, R., Masculinities. (Vol. 1), Cambridge, UK, Polity Press, 2005 ; MCKAY, J., & LABERGE, S., « Sport et masculinités », CLIO, n°23, 2006, pp. 239-267.

[33] WENNER, L.A., « Search of the Postmodern Sports Bar : Masculinity, Alcohol, Sports, and the Mediation of Public Space », G. RAIL (dir.), Sport and Postmodern Times, Albany, University of New York Press, 1998, pp. 301-332 ; WENNER, L.A., JACKSON, J.S. , « Sport, beer and gender : promotional culture and contemporary social life », Peter Lang Publishing, 2009.

[34] Palmer, C. (2011). Key themes and research agendas in the sport-alcohol nexus. Journal of Sport & Social Issues, 35(2), 168 – 185.

[35] Nahoum-Grappe, 2010, op. cit.

[36] Palmer, 201, op. cit. ; Gee, S., Jackson, S. J. & Sam, M. (2013). The culture of alcohol promotion and consumption at major sports events in New Zealand. Research report commissioned by the Health Promotion Agency. Wellington: Health Promotion Agency.

[37] Wilson, T. (2004). « Globalization, differentiation and drinking cultures, an anthropological perspective », Anthropology of food [Online], 3 | December 2004, URL : http://aof.revues.org/261

[38] Moore S.C., Shepherd J.P., Eden S., Sivarajasingam V., “The effect of rugby match outcome on spectator agression and intention to drink alcohol”, Crim Behav Ment Health, 2007;17(2):118-127.

[39] Gee, Jackson, Sam, 2013, op. cit.

[40] Duret P., Pociello C., (1997), Fêtes sportives et expression de la virilité, Agora Débats/Jeunesses, pp. 55-62.

[41] Darbon S., 1995. Rugby Mode de vie. Ethnographie d’un club, Saint-Vincent-de-Tyrosse, Paris, Edition Jean-Michel Place ; Saouter A., 1995. La maman et la putain. Les hommes, les femmes et le rugby, Terrain, 25, 13-24.

[42] Des discours naturalisant la consommation d’alcool peuvent ainsi apparaître sur le principe d’un lien indéfectible entre une pratique et les usages d’alcoolisation qui l’accompagnent (Palmer, 2010 ; Fuchs, Le Hénaff, 2014).

[43] Aquatias S., ACTIVITÉS SPORTIVES ET «DÉCONTRÔLE» DES ÉMOTIONS. Esquisse d’une analyse des usages de produits psychoactifs dans le sport et hors le sport, Déviance et Société, 2003, Vol. 27, No 3, pp. 313-330.

[44] O’brien CP., Lyons F., “Alcohol and the athlete”. Sports Med. 2000; 29(5): 295–300.

[45] Measham, 2002, op., cit.

[46] Measham, 2004, op., cit.

[47] Mennesson C., 2005. Être femme dans un monde d’hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L’Harmattan.

[48] Rolfe A., Orford J., Dalton S., (2009), Accounts Women, Alcohol and Femininity: A Discourse Analysis of Women Heavy Drinkers’ Journal of Health Psychology, 14, 326-335.

[49] La Brie J, Kenney S, Migliuri S and Lac A (2011) Sexual experience and risky alcohol consumption among incoming first-year college females. Journal of child and Adolescent substance abuse 20(1): 15–33 ; Maggs JL, Williams LR and Lee CM (2011) Ups and downs of alcohol use among first-year college students: number of drinks, heavy drinking and stumble and pass out drinking days. Addictive behaviors 36(3): 197–202.

[50] Bogle K (2008) Hooking up: sex, dating and relationships on campus. New-York: New-York University Press; Piombo M and Piles M (1996) The Relationship between college females’ drinking and their sexual behaviors. Women’s health issues 6(4): 221–228.

[51] Freyssinet-Dominjon, Wagner, 2003, p.7, op.cit.

[52] Quarrie, K. L., Feehan, M., Waller, A. E., Cooke, K. R., Williams, S. and McGee, R. (1996) The New Zealand rugby injury and performance project: alcohol use patterns within a cohort of rugby players. Addiction 91, 1865–1868 ; Schneider, D. and Greenberg, M. R. (1992) Choice of exercise: a predictor of behavior risk. Research Quarterly for Exercise and Sport 63, 231–37.

[53] Osgood D.W., Wilson J.K., O’Malley P.M., Bachman J.G., Johnston L.D., 1996, « Routines activities and individual deviant behavior», American Sociological Review, 61 (8), pp.635-655 ; Beck F. (2006), Entre représentativité des échantillons et représentations des usages : l’apport des enquêtes en population générale à la compréhension des usages de drogues, Thèse de sociologie, Université de Paris Sorbonne.

[54] Peck S., Vida M., Eccles JS., “Adolescent pathways to adult drinking: sport activity involvement is not necessarily risky or protective”. Addiction. 2008; 103: 69-83.

[55] Peck S., Vida M., Eccles JS., “Adolescent pathways to adult drinking: sport activity involvement is not necessarily risky or protective”. Addiction. 2008; 103: 69-83.

[56] Une recherche financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) à laquelle nous avons participé portait justement sur le domaine de la vulnérabilité dans le sport (PRAS-GEVU, 2009-2012). Elle est publiée depuis 2013, « Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle » aux Presses Universitaires de Rennes, Terret, T. et al. (Sous la direction).

[57] Delor F, Hubert M., (2000) Revisiting the concept of vulnerability. Soc Sci Med, 50 (11): 1557-70.

[58] Scott J., Gender and the Politics of History, Columbia University Press, 1999 (1988) ; Duby G., Perrot M. (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Perrin, 5 vol., 2002 ; Fraisse G., Les Femmes et leur histoire,

Paris, Gallimard, 1998 ; Thébaud F., Écrire l’histoire des femmes et du genre, 2e édition revue et augmentée, Lyon, ENS Éditions, 2007

[59] Connell R. W., Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Cambridge, Polity Press, 1987; Messner M. A., Sabo D. (dir.),Sport, Men and the Gender Order. Critical Feminist Perspectives, Illinois, Human Kinetics Books, 1990.

[60] Becquet, V. (2012) « Les jeunes vulnérables » : essai de définition », Agora débats/jeunesses, n°62, p.51-64.

[61] Routier, G, Lebreton, F. (2013). « Les étudiants en sciences du sport face à l’alcool : une population vulnérable ? Les relations corps, genre et alcoolisation ». In T. Terret, L. Robène, P. Charroin, S. Héas, P. Liotard (Eds.), Sport, genre et vulnérabilité au XXe siècle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

[62] Naylor AH, Gardner D, Zaichkowsky L. Drug use patterns among high school athletes and nonathletes. Adolescence 2001; 36 (144) : 627-39.

[63] Peretti-Watel P, Guagliardo V, Verger P, et al. Sporting activity and drug use: alcohol, cigarette and cannabis use among elite student athletes. Addiction 2003 ; 98 (9) : 1249-56.

[64] Choquet, M., & Hassler, C. (1997). Sports and alcohol consumption during adolescence. Alcoologie, 19, 21–27.

[65] Peretti-Watel, P., Beck, F., & Legleye, S. (2002). Beyond the U-curve: The relationship between sport and alcohol, cigarette and cannabis use in adolescents. Addiction, 97, 707–716 ; Challier, B., Chau, N., Predine, R., Choquet, M., & Legras, B. (2000). Associations of family environment and individual factors with tobacco, alcohol and illicit drug use in adolescents. European Journal of Epidemiology, 16, 33–42.

[66] Ford JA., “Substance use among college athletes: a comparison based on sport/team affiliation”. J Am Coll Health. 2007;55 (6): 367-373.

[67] Martha C, Grelot L, Perreti-Watel P. “Participants’ sports characteristics related to heavy episodic drinking among French students”. Int J Drug Policy. 2009; 20(2):152-160 ; Schneider, D, Greenberg, MR. “Choice of exercise: a predictor of behavior risk?”, Research Quaterly Exercise Sport. 1992; 63(3): 231–237. Voir aussi Schneider and Greenberg, 1992; Quarrie et al., 1996 ; Guagliardo, Peretti-Watel, Verger, Pruvost, Guibbert, 2006).

[68] lawson JS, evans AR. Prodigious alcohol consumption by Australian rugby league footballers. Drug Alcohol Rev. 1992;11(2):193-5

[69] Quarrie KL, Feehan M, Waller AE, Cooker KR, Williams S, McGee R. The New Zealand rugby injury and performance project: alcohol use pattems within a cohort of rugby players. Addiction. 1996;91(12):1865-6

[70] Dietze PM, Fitzgerald JL, Jenkinson RA. “Drinking by professional Australian Football League (AFL) players: prevalence and correlates of risk”. Med J Aust. 2008;189(9):479-483.

[71] Voir également Collins & Vamplew, 2002 ; Wenner & Jackson, 2009.

[72] Perreti-Watel P, Guagliardo V, Verger P, Pruvost J, Mignon P, Obadia Y. ”Sporting activity and drug use: alcohol, cigarette and cannabis use among elite student athletes”. Addiction. 2003;98(9):1249–1256

[73] Embersin C, Chardon B, Gremy I. « Jeunes en Ile-de-France: activités physiques, surpoids et conduites à risque-Exploitation régionale du Baromètre Santé 2005 ». ORSIDF; 2007

[74] Martha C, Grelot L, Perreti-Watel P. “Participants’ sports characteristics related to heavy episodic drinking among French students”. Int J Drug Policy. 2009;20(2):152-60.

[75] F. Lorente, M. Souville, J. Griffet, L. Grelot, Participation in sports and alcohol consumption among French adolescents, Addictive Behaviors, 29 (2004) 941–946.

[76] Nelson TF, Wechsler H. Alcohol and college athletes. Med Sci Sports Exerc 2001;33:43-7 ; Martens MP, Dams-O’Connor K, Duffy-Paiement C, et al. Perceived alcohol use among friends and alcohol consumption among college athletes. Psychol Addict Behav 2006b;20:17884 : Martens MP, Watson JC, Beck NC. Sport-type differences in alcohol use among intercollegiate athletes. J Appl Sport Psychol 2006c;18:13650 ; Ford JA. Alcohol use among college students: a comparison of athletes and nonathletes. Subst Use Misuse 2007a;42:136777 ;  Ford JA. Substance use among college athletes: A comparison based on sport/team affiliation. J Am Coll Health 2007b;55:36773.

[77] Lorente, Peretti-Wattel, Griffet, Grélot, 2003, Alcohol use and intoxication in sport university students, Alcohol and alcoholism, 38/5, pp427-430.

[78] Lowenstein W, Arvers P, Gourarier L, et al. Physical and sports activities in the history of patients treated for addictions. Report 1999 of the study sponsored by the Ministry of Youth and Sports (France). Ann Med Interne (Paris) 2000 ; 151 (Suppl A) : A18-26.