Chômage et usages de substances psychoactives

La hausse du chômage, de l’instabilité de l’emploi et le développement du « précariat » (Castel, 2009) sont autant d’éléments qui incitent à considérer l’ensemble des travailleurs, qu’ils soient en emploi ou au chômage. Selon les études épidémiologiques, les chômeurs sont particulièrement exposés aux inégalités de santé. Cette situation de vulnérabilité sociale (Jauffret-Roustide, 2014) trouve son expression dans diverses formes de vulnérabilité vitale (Lecarpentier & Lhuilier, 2012), autrement-dit, elle n’est pas sans effet sur la santé. En termes de prévention, il importe donc de proposer des interventions et des mesures adaptées à cette population.

 

Nous proposons ainsi, par cette recherche exploratoire, un premier état des lieux qualitatif des modalités, fonctions et effets des usages de substances psychoactives (SPA) par les chômeurs, en lien avec leur santé. Le contexte actuel, marqué par une hausse de la précarité et de l’exclusion sociale, n’est pas sans influence sur la consommation des produits psychoactifs (Kokoreff, 2010).

 

Un point de départ pour la prévention concerne les consommations de substances psychoactives (ici, le tabac, l’alcool, les médicaments psychotropes et les drogues illicites). Les chômeurs se disent effectivement plus concernés par le tabagisme quotidien que les actifs occupés (Beck, Guignard, Richard, Wilquin & Peretti-Watel, 2010), la consommation de cannabis (Le Nézet, 2013), ou encore l’expérimentation de la cocaïne (Gandilhon & Cadet-Taïrou, 2013). Cependant, ceux-ci semblent consommer de l’alcool moins régulièrement que les actifs occupés (Legleye, Beck, Peretti-Watel & Chau, 2008). Si les études épidémiologiques renseignent sur la fréquence et l’intensité de ces consommations, nous souhaitons nous inscrire en complémentarité pour éclairer leurs déterminants, leurs finalités du point de vue des chômeurs et les conditions de passage à des conduites addictives. En effet, les études consacrées aux relations entre situations de chômage, santé et usages de produits  restent peu nombreuses.

 

Par ailleurs, les consommations des travailleurs sont souvent envisagées comme des pratiques déviantes. Les jugements moraux prévalent alors sur l’analyse du sens de ces conduites et sur les fonctions recherchées/trouvées dans ces consommations. C’est pourquoi cette recherche exploratoire vise à cerner les différentes dimensions de la consommation de SPA, dont l’alcool, par les chômeurs, dans une approche compréhensive et non normative. En d’autres termes, nous souhaitons interroger cette conception des usages de produits comme des pratiques déviantes. Nous faisons l’hypothèse que ces usages présentent des fonctions (stimuler, entretenir les liens sociaux, anesthésier l’ennui, la souffrance…) pour les chômeurs, notamment défensives, et qu’ils peuvent ainsi constituer un risque tout comme une ressource. Notre approche est centrée sur l’activité des chômeurs et la mise en visibilité des liens qu’ils peuvent établir entre SPA et situations concrètes d’activité/inactivité (Crespin, Lhuilier & Lutz, 2015).

 

Pour ce faire, l’équipe pluridisciplinaire (psychologie du travail, psychosociologie, sociologie de la santé) a mené des entretiens avec des demandeurs d’emploi et des professionnels qui les accompagnent sur le versant professionnel et social. Ces entretiens ont été réalisés auprès de chômeurs aux profils hétérogènes, notamment au niveau des catégories socioprofessionnelles, afin de garantir un accès à différents milieux sociaux. Ceux-ci ont été rencontrés de diverses manières : par les intermédiaires de l’emploi, les collectifs de chômeurs organisés ou par interrelations. Nous avons également conduit des entretiens collectifs auprès de chômeurs âgés de moins de 26 ans. Plusieurs déterminismes sociaux pèsent plus spécifiquement sur la santé de ces « jeunes » et peuvent influer sur la nature des substances et les déterminants des usages (Beck, 2005 ;  Jeammet, 1990). Pour ce faire, nous avons sollicité les missions locales.

 

Dans un premier temps, dans le cadre d’une recherche exploratoire, les conditions de réalisation de l’étude et notamment les obstacles rencontrés par les chercheurs, ont été considérés comme de premiers résultats, renseignant notamment sur la visibilité de la thématique, son caractère tabou, ou encore sur les conditions de mise en œuvre d’une démarche de prévention auprès des chômeurs, alors même que les acteurs traditionnels de prévention (médecine du travail, etc.) font ici défaut. Il s’agit aussi d’identifier, à travers le discours des chômeurs, les différentes fonctions des usages et de repérer, par l’étude des situations singulières et des parcours des intéressés, les conditions favorisant le recours à certains produits ou, à l’inverse, la réduction des consommations. Cette phase est en cours.

 

Bibliographie

 

Beck, F. (2005). Dénombrer les usagers de drogues : tensions et tentations. Genèses, 58, 72-97.

 

Beck, F., Guignard, R., Richard, J.B., Wilquin, J.L., & Peretti-Watel, P. (2010). Premiers résultats du baromètre santé 2010. Évolutions récentes du tabagisme en France. Saint-Denis : INPES.

 

Castel, R. (2009). La montée des incertitudes. Paris : Éditions du Seuil.

 

Crespin, R., Lhuilier, D., & Lutz, G. (2015). Les fonctions ambivalentes de l’alcool en milieu de travail : bon objet et mauvais objet. Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 107(3),375-401.

 

Gandilhon, M., & Cadet-Taïrou, A. (2013). Cocaïne et crack. In Pousset, M. (Ed.), Drogues et addictions, données essentielles (pp. 226-233). Saint-Denis : OFDT. Disponible sur : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/da13com.pdf

 

Jauffret-Roustide, M. (2014). Les inégalités sociales dans le champ des addictions. Les tribunes de la santé, 43, 61-68.

 

Jeammet, P. (1990). Addiction, dépendance, adolescence. Réflexions sur leurs liens, conséquences sur nos attitudes thérapeutiques. In J. Venisse (Ed.), Les nouvelles addictions (pp. 10-29). Paris: Masson.

 

Kokoreff, M. (2010). La drogue est-elle un problème ? Usages, trafics et politiques publiques. Paris : Petite bibliothèque Payot.

 

Legleye, S., & Beck, F. (2004). Différenciation des usages de produits psychoactifs au sein de la population active en France. Toxibase, 15(3), 12-15.

 

Legleye, S., Beck, F., Peretti-Watel, P., & Chau, N. (2008). Le rôle du statut social et professionnel dans les usages de drogues des hommes et des femmes de 18-25 ans. Revue d’épidémiologie et de santé publique, 56, 345-355.

 

Le Nézet, O. (2013). Cannabis. In M. Pousset (Ed.), Drogues et addictions, données essentielles (pp. 214-225). Saint-Denis : OFDT. Disponible sur :

http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/da13com.pdf

 

Lecarpentier, M. & Lhuilier, D. (2012). Précarité, santé et soins : une perspective psychosociologique. In P. Bréchat & J. Lebas (Eds.), Innover contre les inégalités de santé (pp. 23-38). Rennes : Presses de l’EHESP.

 

Membres de l’équipe :

 

Virginie Althaus ; Sébastien Ladreyt ; Yannick Le Hénaff ; Dominique Lhuilier ; Joëlle Mezza ; Céline Riquois