Résultats intermédiaires au 10 mars 2017

Lien

En trois semaine 70 sportifs supplémentaires se sont connectés nous permettant, ainsi d’atteindre 201 réponses exploitables.

Rappelons que dans la littérature internationale, la relation qu’entretiennent les sportifs à l’alcool est sujet à controverses, et les études sont relativement rares (Lisha & Sussman, 2010). Néanmoins, plusieurs études révèlent une consommation accrue chez les sportifs, en particulier de haut niveau (Lorente, Peretti-Watel, Griffet, & Grelot, 2003; Peretti-Watel et al., 2003). Mais l’influence de la pratique d’activités sportives apparaît hétérogène et varie selon différentes caractéristiques telles que le genre, l’âge, le statut socio-économique, le type de sport pratiqué (Kwan et al., 2014).

Notre échantillon est pour le moment constitué de 47% de rugbymen, 49% de grimpeurs et seulement 3,5% de joueurs de tennis. L’enquête, malgré notre large diffusion, n’a pas encore touché les joueurs de tennis : comment expliquer ce phénomène ? La suite de l’enquête (volet qualitatif) tentera d’approfondir cette question.

Seulement 30% de nos répondants sont des femmes ce qui fait que notre échantillon, à ce jour, n’est pas encore représentatif de la moyenne national qui se situe à 37.3% tous sports confondus en 2014.

La proportion de compétiteurs reste sensiblement la même car, sur 201 sportifs, 53% déclarent être compétiteurs. La moitié de l’échantillon s’entraine entre 2 et 3 fois par semaine (52%).

Le pourcentage de sportifs déclarant avoir déjà consommé de l’alcool reste similaire : 97.5%. Toutefois nous pouvons constater que le premier verre d’alcool (déclaré) a été pris entre 5 ans et 25 ans ce qui fait, en moyenne, une première consommation d’alcool à 15 et demi ; ce qui confirme les travaux de Legleye et Spilka (2010) en population générale. Il faudra approfondir, lors des entertiens, la question de la première consommation d’alcool : est-ce le premier verre (qui est souvent plutôt dans la vie des individu) ? ou la première ivresse ? ou encore la première consommation en dehors de la sphère familiale ?

Les répondants ont entre 15 et 69 ans (moyenne de 32 ans et demi) et l’âge médian est de 29 ans.

La consommation d’alcool des sportifs est plutôt associée aux compétitions qu’aux entrainements : les compétitions sportives donnent souvent lieu à une consommation d’alcool : 25 % des répondants à cette question déclarent consommer de l’alcool très souvent, 26% boivent souvent, 36% occasionnellement et seulement 13% ne consomme jamais d’alcool. Les lieux associés à cette consommation d’alcool sont principalement les bars et les Club house/buvettes des clubs. Lors des entrainements 33.5% des sportifs déclarent ne jamais consommer de l’alcool (contre 13% lors des compétitions) et 50% le font de manière occasionnelle (vs. 36%). Les sportifs déclarant boire souvent ou très souvent après leur entrainement ne sont donc que 16% (vs. 51% après les compétitions). Les lieux de consommation d’alcool, à l’issue des entrainements, se répartissent légèrement différemment car en plus des bars (36%) et des buvettes de club (36%), les sportifs déclarent consommer à leur domicile (30%). La compétition serait ainsi un moment de convivialité privilégié par les sportifs pour consommer de l’alcool ! Plusieurs facteurs expliqueraient cela : renforcer la cohésion du groupe, avoir plus temps (weekend vs. semaine), célébrer les victoires ou les défaites, sans oublier la coutume de la 3e mi-temps au rugby par exemple. Le volet qualitatif de l’enquête cherchera à comprendre les motivations des sportifs et nous tenterons d’analyser ce différentiel et les impacts que ses pratiques ont sur les sociabilités sportives.  Nous pouvons aussi remarquer que 48% des enquêtés n’ont pas répondu s’ils consommaient, ou non, de l’alcool après leur compétition : y aurait-il un tabou autour de cette question ?

Parmi les 201 répondants les 2/3 ne fument jamais de tabac (contre 15% tous les jours), 81% ne fument pas de cannabis et la grosse majorité ne consomme pas, non plus, d’autres drogues illicites (92.5%).

François Féliu

Yannick Le Henaff

Les premiers résultats au 16 février 2016

Quelques données au 16 février 2016 !

130 sportifs ont répondu aux questionnaires dont 1% de joueur de tennis, 62% de rubgymen et 37% de grimpeurs. 57% des répondants pratiquent à hauteur de 2-3 séance à la semaine. 57% des sportifs ont répondu pratiquer leur sport en compétition dont une majorité des sportifs évoluent, pour le moment, à un niveau régional (31%) ou national (21%). Il s’agit, pour environ ¾ des répondants des hommes (78%).

Les sportifs ont, presque tous, consommé de l’alcool au moins une fois dans leur vie (98.5%) et 92% déclarent avoir déjà été ivre au cours de leur vie dont 60% ont été ivre au moins une fois par mois (ou moins d’une fois par mois) au cours des 12 derniers mois. Ces personnes consomment de l’alcool souvent ou très souvent avec leurs amis (64%) et leur entourage sportif (49%). Sur l’ensemble des répondants 70% déclarent boire occasionnellement de l’alcool avec leur famille. 58% des sportifs déclarent que leur consommation d’alcool n’a pas (ou très peu) d’influence sur leurs performances sportives alors que 15% pensent que leur consommation d’alcool nuit leurs performances. 62% des répondants ont déclarent, aussi, consommer de l’alcool après leurs compétitions sportives et 68.5% après leur entrainement.

Les consommations addictives et leur prise en charge – 20/01/2017

Vendredi 20 janvier 2017 à 14h

Lieu : DySoLa – Université de Rouen – 1 rue Thomas Becket, 76821 Mont-Saint-Aignan, bâtiment Freynet, F207

Intervenants :

Fabien OHL, Professeur ordinaire, Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, laboratoire Culture, Capitalisme et Sociétés.

« Quelles politiques de prévention du dopage dans le sport? »

Nicolas FORTANE, Chercheur à l’INRA, Risques, Travail, Marchés, Etat.

« Quand l’alcoolisme est devenu une addiction. Retour sur la construction et la mise en œuvre d’une politique publique controversée. »

Séminaire introductif autour du rugby – 30/09/2016

Vendredi 30 septembre 2016, de 14h à 16h

Lieu : MRSH – Université du Littoral Côte d’Opale – 21 Quai de la Citadelle, Dunkerque

L’objectif de ce séminaire introductif est de présenter les cultures sportives et un univers sportif en particulier, le rugby. Les deux invités sont spécialistes de ce monde et notamment des valeurs qui orientent les pratiques, représentations et interactions entre les sportifs et les différents acteurs qui le composent.

Intervenants :

Christophe BONNET, Centre de Recherche sur le Sport et le Mouvement (CeRSM), Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Hélène JONCHERAY, Groupe d’Étude pour l’Europe de la Culture et de la Solidarité (GEPECS ; EA 3625), Université Paris Descartes

Discutant :

Christophe GIBOUT, Directeur de la MRSH de Dunkerque, ULCO

Présentation

En France, les consommations d’alcool sont, relativement aux pays anglo-saxons ou nordiques, peu investiguées par les sciences sociales. Et cela, alors même que ces problématiques ont largement pris place dans l’agenda politique et médiatique. Les modes de consommation ou modalités d’usage, tout comme les manières de les définir, introduisent en même temps que de nouvelles terminologies, un ensemble de constructions sociales, voire de représentations souvent négatives. De plus, ce que les anglo-saxons nomment night-time economy, ensemble d’activités associées aux espaces nocturnes et festifs (restaurants, bars, discothèques, etc.) suscitant à la fois intérêts (économie, régénération urbaine) et inquiétudes (santé publique, « ordre social »), encourage un imaginaire marqué par la transgression et la place nouvelle des femmes dans les espaces de la nuit. Ces changements touchent la manière dont le politique (santé, ville, jeunesses, etc.) s’empare de ces questions, y répond par les modalités de la régulation sociale ou par celles de la prise en charge et de l’accompagnement. Cet aspect pose d’autant plus de questions que des liens, très étroits, existent entre cette économie liée à l’alcool, sa distribution et les partenariats ou parrainages financiers associés aux évènements culturels (sportifs, artistiques, etc.).
Cet ensemble de changements, continuités et ruptures, invite à croiser les échelles d’analyse et les regards disciplinaires afin de rendre compte de la manière dont ces différents niveaux s’inscrivent dans les contextes particuliers.